La marche nordique : enquête sur la naissance d’un sport

La plupart du temps, quand on évoque la marche nordique, on pense tout de suite « sport de vieux » et on s’imagine une bande de septuagénaires armés de bâtons qui crapahutent dans la nature. Eh bien si c’est le cas, ces seniors ont bien raison et on devrait d’ailleurs prendre exemple sur eux ! La marche nordique fait partie de ces pratiques encore trop peu connues. Et pourtant, ses bienfaits sont nombreux et c’est pour cette raison que OuiRun a voulu se pencher sur le sujet et vous éclairer sur ce sport venu du froid !

Une histoire, des histoires !
Originaire de Finlande où elle porte le doux nom de Sauvakävely, la marche nordique en tant que telle y est pratiquée depuis le milieu du XXème siècle par les amateurs de ski de fond en tant que substitut estival à cette activité d’hiver, afin de s’entrainer de manière continue. A cette époque, elle n’est en aucun cas considérée comme une pratique à part entière, l’idée de marcher à l’aide de bâtons parait absurde à la plupart des gens, notamment parce que cela renvoie à la notion de fragilité physique et potentiellement de handicap. C’est donc une poignée de fanatiques de ski de fonds qui serait à l’origine de la pratique, cependant, cela n’explique pas pourquoi la marche nordique a par la suite connu un véritable engouement. En réalité, plusieurs acteurs ont joué un rôle déterminant dans la propagation de cette activité pratiquée aujourd’hui par plusieurs millions de personnes à travers le monde.

Leena Jääskeläinen, professeure d’EPS finlandaise, est la première personne à avoir théorisé la pratique de la marche nordique, en 1966, en introduisant le concept de « marche avec des bâtons de ski » auprès de ses élèves. En expliquant les bénéfices d’une marche dynamique à l’aide de bâtons, le concept se développe petit à petit, notamment auprès des institutions sportives nationales. A partir de 1988 Suomen Latu (Association Centrale des Sports Réactionnels et Activités Extérieures) entreprend de populariser cette pratique auprès de l’ensemble du pays et c’est à partir des années 1990 que le sport se démocratise. Les efforts combinés de Suomen Latu, de Vierumäki Sports Institute et de l’entreprise Exel se concrétisent par la production des premiers modèles de bâtons adaptés à la marche nordique. Ce qui est intéressant avec ce sport, c’est que les trois principaux architectes de son développement exposent plusieurs facteurs distincts ayant contribué à faire connaitre la pratique auprès d’un grand nombre d’individus.

Vierumäki Sports Institute énonce pour sa part une propagation de la pratique d’une petite minorité de skieurs de fond de haut niveau vers une grande partie de la population à travers la mise en place de campagnes de formations destinées aux instructeurs et coachs sportifs du pays. Un cheminement pour le moins logique dans la mesure où les bienfaits physiques de la pratique ont été énoncés très tôt. La banalisation de la pratique serait donc venue des « élites sportives » qui lui ont ainsi apporté la légitimité nécessaire pour se développer.

De son côté, Suomen Latu considère qu’il est possible de remonter plus loin dans le temps pour expliquer ce phénomène de propagation. Dans les années 1930, le ski de fond est déclaré sport national de la toute jeune République de Finlande. A travers cette initiative, la Finlande veut disposer d’une activité capable de mobiliser physiquement la population face à l’imposant voisin soviétique alors  considéré comme une menace permanente. Faciliter la pratique du ski de fond a nécessité l’aménagement d’infrastructures et de pistes adaptées et dont l’entretient fut laissé à la charge des communes. Cependant, le ski de fond étant un sport saisonnier, l’entretient devint rapidement un poids financier encombrant pour les communes et il était donc nécessaire de trouver un moyen de pousser les gens à emprunter les mêmes sentiers durant la saison estivale. La marche nordique aurait ainsi fait l’objet d’une forte campagne de promotion par l’Etat afin d’amortir les coûts d’entretien des infrastructures tout en apportant une alternative estivale au ski de fond.

Le troisième point de vue est celui de l’équipementier sportif Exel qui offre une explication très mercantile de la propagation de la marche nordique. La marque qui produisait alors des béquilles et bâtons pour les personnes touchées par un handicap physique s’est demandé à un moment s’il n’existait pas un moyen de pousser les personnes valides à utiliser des bâtons d’une manière ou d’une autre. L’objectif était donc de créer un marché à travers l’émergence d’un nouveau besoin auprès des personnes valides. L’entreprise ayant eu l’occasion de travailler avec des physiothérapeutes pour produire ses béquilles, ceux-ci affirmaient que les bâtons pouvaient présenter un véritable intérêt pour la marche sur des distances relativement longues, de type randonnée. Selon Exel il s’agirait donc d’un transfert de technologie d’un marché vers un autre, avec toutes les initiatives marketing que cela implique.

On constate donc qu’à défaut d’être longue, l’histoire de la marche nordique est riche ! On peut ainsi comprendre que l’essor de la pratique est en réalité due à la convergence de plusieurs objectifs de natures très diverses : sportifs, politiques, économiques et sociaux.

Une activité sportive simple et à portée de tous
Se demander en quoi la marche nordique diffère-t-elle de la randonnée conventionnelle est légitime car, après tout, on parle bien de marche dans les deux cas. En réalité le recours à des bâtons change radicalement la donne. En effet, la randonnée aura tendance à ne mobiliser que les parties inférieures du corps (jambes et bas du bassin dans une moindre mesure), la marche nordique, quant à elle, mobilise l’ensemble du corps. L’usage de bâtons modifie le positionnement des bras, ce qui a une incidence sur la posture globale et sur la démarche, cela permet de marcher à une allure dynamique tout en garantissant un équilibre dans la sollicitation des différentes parties du corps. Adopter cette « marche optimisée » permettrait de brûler 20 à 40% de calories en plus qu’en cas de marche conventionnelle et le recours aux bâtons permettrait de faire travailler entre 80 et 100 muscles du corps (en fonction de la technique adoptée).

Au-delà de ses propriétés et bienfaits physiologiques, la marche nordique se veut également « non traumatisante » ! N’allez pas comprendre que tous les autres sports sont un enfer pour votre vie, mais en l’occurrence, la marche nordique est une activité physique qui, même lorsqu’elle est pratiquée avec une très forte régularité, n’endommage pas le corps humain. Certains sports comme le running, le trail ou plus généralement l’athlétisme mais aussi le football, le basket etc… s’avèrent être des activités qui ont un potentiel de nuisance physique dès lors qu’elles sont pratiquées à une intensité que le corps a du mal à assumer. Dans le cas de la marche nordique, les risques sont particulièrement minimisés car l’intensité physique exigée lors de la pratique est faible. D’ailleurs, les bienfaits de la pratique sur le long terme sont observés à de nombreux niveaux, notamment en ce qui concerne le maintien d’une bonne posture. Sur le site de l’INWA (International Nordic Walking Association), ce ne sont pas moins de 20 axes de recherches sur les bienfaits physiques de la marche nordique qui sont étudiés ! Maintenant vous comprenez mieux pourquoi la marche nordique est recommandée aux personnes âgées qui souffrent de la dégradation de leurs conditions physiques.

Replacée dans le contexte du running/trail, la marche nordique peut représenter un excellent complément de pratique mais aussi un excellent moyen de « remise en selle » pour les coureurs ayant connu des problèmes physiques (articulations, muscles et os). Une pratique occasionnelle de la marche nordique peut également contribuer à l’amélioration des performances running tant sur le plan de la posture du runner que sur le plan respiratoire car une part importante de la technique de marche nordique repose sur le travail de la cage thoracique et de la respiration. Du coup si vous sentez que vous en demandez trop à votre corps, si vous êtes en convalescence d’une blessure liée au running ou tout simplement si vous êtes curieux,  essayez la marche nordique !

Le marché de la marche nordique dans le monde
Aujourd’hui, l’INWA estime à environ 10 millions le nombre de pratiquants dans plus de 40 pays et la plupart des acteurs positionnés sur ce marché s’accordent pour dire que celui-ci n’en est qu’à ses prémices. Peu de données sont disponible quant au nombre de pratiquants par pays, la pratique est bien-entendu complètement intégrée en Finlande où plus de 20% de la population l’a pratiqué au moins une fois. En Suède et en Norvège, le marché s’est considérablement développé et poursuit une croissance conséquente. Par-delà la Scandinavie, la marche nordique s’est également frayé un chemin en Allemagne, en Autriche et en Suisse, trois pays possédant une culture de la montagne et du ski. En Allemagne, les séances de marche nordique peuvent être en partie couvertes par certaines assurances tellement les bienfaits perçus sont positifs ! En France, la marche nordique s’est également propagée de manière précoce du fait que nous disposions d’un territoire propice à sa pratique. En 2014 d’après la FFA, les français étaient environ 20 000 à la pratiquer en club, dès lors on peut supposer qu’ils sont aujourd’hui environ 30 000 à la pratiquer (en club ou pas). D’un point de vue économique, on mesure le marché à travers le nombre de bâtons vendus, qui s’élevait à 1,25 million de paires vendues en Europe en 2013 soit environ 100 millions d’euros ! Les marchés allemands et français sont considérés comme porteurs avec respectivement 19 millions et 14 millions d’euros et une croissance à deux chiffres pour le marché français ! D’après le cabinet d’analyse NPD spécialisé dans le sport, le marché pourrait représenter près d’un milliard d’euros d’ici quelques années.

Dans le cadre de son développement, la marche nordique est confrontée à plusieurs obstacles. Le principal problème qui se pose à cette activité est lié à son image auprès des populations. Comme nous le disions au début de l’article, le fait de marcher à l’aide de bâtons renvoie très rapidement à la notion de fragilité physique voire de handicap. Les entreprises sur le marché ont bien identifié le problème : quand les non-initiés marchent avec des bâtons, la plupart d’entre eux se sent stupide, et ce dans tous les pays où la pratique s’implante. Ainsi, parallèlement à leur stratégie de propagation, les acteurs du marché se voient contraints de mettre en place des stratégies de normalisation pour « faire avaler la pilule » aux populations qui ne présentent pas de prédispositions culturelles, c’est notamment le cas des pays du sud de l’Europe mais également de l’Angleterre qui n’a pas la culture du ski/de la montagne. Un autre obstacle, de moindre importance, est lié à la population qui pratique ce sport. Dans plusieurs pays, la marche nordique s’est implantée en étant recommandée par la sphère médicale avec pour objectif de soigner les douleurs corporelles, d’où une population relativement âgée en moyenne, lui donnant un l’image d’un « sport de vieux ».

Malgré ces obstacles, les instituts d’études et d’analyse du sport sont tous unanimes sur le fait que la marche nordique est un marché qui présente un potentiel considérable, d’après une enquête FIFAS-FPS, la marche nordique est l’activité sportive qui se développera le plus rapidement, juste derrière le trail et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, cette pratique est accessible à absolument toutes les tranches d’âges, elle ne requiert que peu d’équipement et peut être pratiquée partout, même en environnement urbain, enfin elle ne présente pas de risque traumatique majeur pour le corps.

Au final, on a beau dire « sport de vieux » mais on ferait bien d’en prendre de la graine ! Pratiquée régulièrement ou ponctuellement, elle n’est que bénéfique alors pourquoi s’en priver ?! Et puis c’est aussi l’occasion de prendre le temps de profiter du paysage, prendre le temps d’écouter son corps et juste prendre le temps tout court 😉

2018-01-31T18:28:20+00:00Dossiers OuiRun|

One Comment

  1. Marche Nordique 2 mai 2018 at 17 h 46 min - Reply

    un site/forum destiné à ce sport : http://www.jemarchenordique.com

Leave A Comment